Perdre Haleine d'Anne Archet

Au courant des cinq “chapitres” dont est composé le livre (désir, excitation, plateau, orgasme, résolution), l’autrice survole et se réapproprie des phases autoérotiques telles que celle d’une enfant, d’une étudiante vivant en colocation, une femme vivant seule, d’une personne faisant un travail de bureau, sans compter tous les fantasmes et rêves porno ainsi que bien plus. La protagoniste de cette phrase autoérotique, le “je” de la narration, nous représente toust·es autant que nous sommes, dans nos fantasmes et nos contradictions. Ces divagations lui viennent de tout le monde et de personne en même temps.


Ce plus récent ouvrage d’Anne Archet, une phrase autoérotique longue de 26 000 mots, 124 pages, mais qui se lit avec une facilité désarmante, m’amène dans un univers où règne le flattage d’amour-propre dans tous les sens du terme (à l’endroit, à l’envers, sur le dos, les pattes en l’air). Avant même de commencer la lecture, je m’attendais à un récit érotique d’un bout à l’autre de ses cent quelques pages, mais je me suis plutôt retrouvée à prendre mon pied seulement à partir de la page 71, le chapitre du “plateau” déjà entamé.


J’ai donc lu Perdre Haleine comme un monologue interne, une ode à la masturbation et comme une critique de la société et de ses maudites présuppositions de ce à quoi doivent ressembler les désirs sexuels. Comme les idées s'enchaînent et se déchaînent sur les courtes feuilles de cet ouvrage, il m’est facile d’arrêter de lire pour recommencer quelques pages plus loin, d’oublier où je suis rendue et de repartir du début sans me tanner.



Cette plaquette se lit comme un charme, elle sert très bien de livre de table de chevet et a l’avantage de donner des idées quant à des activités à faire pour mieux dormir ;) J’ai aussi trouvé qu’il était drôle d’essayer de lire l’histoire à voix haute à mon partenaire, c’est un vrai défi sans les points pour reprendre sa respiration!

Des fantasmes que l’autrice nous ressert, j’ai trouvé que la plupart sont surprenants et divertissants alors que seulement une poignée d'entre eux m’a vraiment plus. J’imagine que c’est la beauté de la chose, que de cette façon plus de gens pourront y trouver leur comble!

Il m’est tout de même important de mentionner que certains récits et fantasmes peuvent déclencher des malaises chez certaines personnes, alors voici quelques CW et TW* pour vous mettre en garde : agression sexuelle, BDSM, inceste, exhibitionnisme, bestialité, écosexualité.



J’ai beaucoup aimé ce livre d’Anne Archet comme j’apprécie énormément ce qu’elle écrit au quotidien! Je vous conseille ce livre si vous cherchez à lire un récit rempli de sincérité et d’anarchie, de frustrations et d’érotisme (et qui ne s’en excuse pas). C’est une lecture divertissante qui déclenche chez moi une forte envie d’aller retrouver ma main ou mon vibrateur et d’explorer les avenues de mon subconscient érotique.


Marika

Elle /Her

*CW et TW : content warning et trigger warning, expressions anglophones voulant dire qu’on averti lia lecteur·ice du contenu de la publication qui pourrait potentiellement déclencher un malaise et/ou rappeler un traumatisme.


©2020 par Gogo Gadget